En Seine-Saint-Denis

Améliorer la qualité de vie aux alentours du Stade de France

J’ai reçu il y a quelques jours des représentants de l’Union des associations de riverains du Stade de France et du collectif Lamaze qui m’ont sollicité au sujet de la dégradation de leur environnement auxquels sont confrontés les riverains du Stade de France.

Avec le Comité de la Porte de Paris, ces associations agissent pour faire reconnaître ces nuisances qu’ils vivent quotidiennement : pollution atmosphérique et bruit dûs essentiellement au trafic routier sur le tronçon de l’autoroute A1 où circulent près de 195 000 véhicules par jour.

Les chiffres en matière de pollution sont éloquent : cette zone bat en effet des records en Ile-de-France en matière de pollution atmosphérique (particules fines issus des moteurs diesel et dioxyde de carbone); on y enregistre, selon Airparif, un dépassement un jour sur quatre du seuil limite journalier de particules PM10.

Un calvaire pour les riverains mais aussi les salariés qui travaillent sur la Plaine-Saint-Denis exposés à un risque fortement accru de maladies respiratoires et cardio-vasculaires.

Mais ces associations ne se limitent pas au constat, elles proposent aux pouvoirs publics un projet permettant de limiter ces nuisances via l’enfouissement de la portion de l’autoroute A1, du tunnel du Landy à La Courneuve, dans le cadre de l’aménagement du Grand Paris.

Cela constituerait également une solution à la fracture urbaine que représente cette l’autoroute pour la ville de Saint-Denis.

Les associations proposent également un système de récupération des émissions de gaz d’échappement au sein de ce nouveau tunnel, permettant un « retraitement des effluents gazeux et des vibrations », proposition ambitieuse s’inscrivant dans une démarche de transition écologique… une initiative bienvenue à la veille de la Conférence Climat !

C’est la raison pour laquelle j’apporte évidemment mon soutien à ce projet.

Aline Archimbaud

Sénatrice de Seine-Saint-Denis

Communiqués, Dans les médias

Diesel – Après la prise de conscience, enfin le passage à l’action !

Paris, Jeudi 15 octobre 2015

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis

Diesel

Après la prise de conscience, enfin le passage à l’action!

Sénatrice de Seine-Saint-Denis et Vice présidente de la commission des Affaires sociales, Aline Archimbaud se félicite de l’annonce faite par le gouvernement de réduire progressivement l’écart de fiscalité entre gazole et essence, jusqu’à ce qu’il soit mis fin à l’avantage fiscal du diesel dans cinq ans.

La sénatrice est en effet l’auteure d’une proposition de loi relative à la nocivité du diesel qui avait été examinée au Sénat il y a un an, et avait à l’époque été largement rejetée pour le Sénat.

Elle insiste par ailleurs sur l’importance qu’il y a pour le gouvernement à agir sur l’indépendance de la mesure des émissions de particules fines : déjà dans sa proposition de loi, elle avait proposé de s’intéresser, par la rédaction d’un rapport, au déficit de connaissances et d’expertises indépendantes en matière de pollution automobile.

En effet, la définition des normes et des méthodes de mesure peut aussi bien concourir à révéler la pollution qu’à la dissimuler. Ces normes et ces méthodes sont aujourd’hui sujettes à de nombreuses incertitudes. Les cycles de conduite qui servent de référence aux tests d’émissions polluantes ne sont en effet pas représentatifs des conditions réelles de circulation, les particules fines reformées quelques mètres derrière le véhicule ne sont pas prises en compte par les tests, la discrimination entre les différentes tailles de particules fines est sujette à caution (les plus fines étant les plus dangereuses), etc.

Plus largement que le scandale qui éclabousse le constructeur allemand, il faut donc bien avoir conscience du fait que la seule expertise technique aujourd’hui disponible est celle du lobby industriel. Sur le site de l’union technique de l’automobile et du cycle (UTAC), qui se définit comme « le partenaire privilégié des industriels tournés vers la compétitivité » que sont ses clients, on peut par exemple lire que cette entreprise, une des rares références techniques en la matière, participe par ailleurs activement à l’élaboration et à l’évolution des réglementations nationales et internationales applicables aux véhicules en matière d’émissions polluantes. Aujourd’hui donc, face à ce scandale sanitaire qui sacrifie chaque année des dizaines de milliers de vies et des milliards d’euros, aucune recherche indépendante n’est mise en œuvre. Personne n’est chargé de défendre l’intérêt général, la santé de nos concitoyens et nos finances publiques.

« La décision annoncée aujourd’hui par le gouvernement est donc un premier pas qui va dans le bon sens. J’espère que d’autres décisions tout aussi courageuses suivront », conclut Aline Archimbaud.

Pour tout contact :
Adriane Dubois
Collaboratrice d'Aline Archimbaud
a.dubois@clb.senat.fr
07 78 81 36 51
En Seine-Saint-Denis, Sur le terrain

Fort de Vaujours : Aline Archimbaud soutient la manifestation du 20 juin pour connaître la vérité

Pantin, le vendredi 19 juin 2015

Communiqué de presse

Fort de Vaujours :

Aline Archimbaud, Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis,

soutient la manifestation du 20 juin pour connaître la vérité

Lors de la réunion de la Commission de Suivi de Site du 5 mai dernier, des élus locaux, des parlementaires et de nombreux représentants d’associations ont protesté contre le manque de transparence dans ce dossier.

Je suis intervenue avec mes collègues Sénateurs G. Roger et M. Billout auprès de Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, pour l’informer de ces difficultés qui empêchent que le débat public se mène dans de bonnes conditions.

Certains documents ont été communiqués depuis : l’avis de l’ASN et le protocole proposé par l’entreprise Placoplatre.

Mais ma position n’a pas changé : je demande la suspension des travaux de démolition tant que ne sera pas communiquée une définition complète et satisfaisante du cahier des charges du tiers-expert, et que ne soit pris par l’État un engagement clair de mise en place d’une contre-expertise indépendante permettant aux citoyens et aux élus d’être informés en toute transparence.

Devant les inquiétudes de la population et des salariés face aux risques de pollutions radioactives, chimiques, pyrotechniques, nous voulons que les pouvoirs publics mettent en place un dispositif permettant de connaître la vérité, et ceci dans l’intérêt général.

J’apporte mon soutien à l’ensemble des habitants, des salariés, et des associations mobilisés pour connaître la vérité.

Pour tout contact :
Adriane Dubois
Attachée Parlementaire d'Aline Archimbaud,
Sénatrice de Seine-Saint-Denis
a.dubois@clb.senat.fr
01 48 95 49 90
07 78 81 36 51
Communiqués, Dans les médias

Pollution de l’air : passons aux actes !

Mercredi 18 mars 2015


Pollution de l’air : passons aux actes
!

Communiqué de presse d’Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis

Auteure d’une proposition de loi sur les particules fines


Paris et ses environs connaissent actuellement leur 9ème pic de pollution depuis le début de l’année, alors que les alertes des médecins et de l’OMS se multiplient quant à l’extrême nocivité des particules fines émises notamment par le trafic routier.

Au delà des pics des pollutions, très palpables et trop souvent meurtriers, les médecins et chercheurs nous alertent également sur le fait que la pollution de fond aux particules fines, entre ces périodes de pic, continue elle de tuer, en silence.

Pour Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, « il est temps de passer aux actes! En tant que parlementaire, je ferai le maximum pour que des mesures opérationnelles soient adoptées dans la loi de santé, qui permettent de protéger nos concitoyens de ce fléau qu’est devenu la pollution de l’air. Surtout, il faut en finir avec les manipulations du lobby automobile, qui tentent parfois quasiment de nous faire croire que l’air qui sort des pots d’échappements est plus propre que celui qui y entre!

La vérité, c’est que les normes et méthodes de mesure employées par les constructeurs automobiles tendent manifestement à dissimuler la pollution, et sont sujettes à de nombreuses incertitudes: les cycles de conduite qui servent de référence aux tests d’émissions polluantes ne sont en effet pas représentatifs des conditions réelles de circulation, les particules fines reformées quelques mètres derrière le véhicule ne sont pas prises en compte par les tests, et la discrimination entre les différentes tailles de particules fines est sujette à caution, alors même que les particules les plus fines sont les plus dangereuses.

Il est urgent qu’une expertise indépendante soit prescrite à l’État pour que les mensonges cessent autour du réel impact du trafic routier sur la santé des français, et sur les dépenses de l’Assurance maladie. Et ce d’autant plus que des solutions industrielles et porteuses d’emplois durables sont à notre portée. »

Pour tout contact : 
Adriane Dubois
Attachée Parlementaire d'Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis
a.dubois@clb.senat.fr
07 78 81 36 51
Dans les médias, Interviews

« Pollution : un poison Capitale »

Retrouvez sur ce lien l’émission de France Inter, diffusée ce vendredi 27 février, titrée « Pollution : un poison Capitale ».

Interviewée dans le cadre de cette enquête dédiée à la pollution de l’air en région parisienne, Aline Archimbaud est notamment revenue sur les doutes scientifiques existants quant à l’efficacité des filtres à particules des véhicules roulant au diesel.