En Seine-Saint-Denis, Interventions 93

Maintien du CIO du Blanc-Mesnil

Je suis intervenue en janvier auprès du Rectorat de l’Académie de Créteil suite à sa décision de fermer un certain nombre de Centres d’Information et d’Orientation (CIO) de Seine-Saint-Denis et de les fusionner avec d’autres.

Cette décision faisait suite au désengagement du Conseil départemental qui assumait jusqu’alors les frais d’hébergement et de fonctionnement de plusieurs CIO du 93. Or, ces fermetures génèrent de nombreuses difficultés : pour les jeunes usagers qui, découragés par l’éloignement, seraient incités à renoncer à aller dans un autre centre, et pour les conseillers d’orientation psychologues qui voient leurs conditions de travail se dégrader.

Les CIO correspondent à un service public et gratuit de l’Éducation Nationale. Il ne peut remplir efficacement ses missions, tout à fait importantes (accueil, information, conseil, aide à l’orientation scolaire et professionnelle, lutte contre le décrochage scolaire) auprès des jeunes connaissant parfois de grandes difficultés, que s’il demeure un service de proximité !

Suite à une proposition du Conseil départemental de mettre leurs locaux à la disposition des CIO d’Aubervilliers et de Clichy-sous-Bois à titre gracieux, le rectorat s’est engagé à en assumer les frais de fonctionnement et les charges liées à leur utilisation, et a donc acté leur maintien.

Je suis intervenue une nouvelle fois en mars dernier auprès du rectorat afin qu’une solution comparable puisse être trouvée pour le CIO du Blanc-Mesnil qui était toujours menacé de fermeture. C’est sur la base d’une convention avec la Mairie du Blanc-Mesnil que le rectorat a finalement décidé de maintenir un point d’accueil dans cette ville, point d’accueil qui sera désormais rattaché au CIO de Drancy.

Aline Archimbaud

 

Au Sénat, Rapports

Rapport parlementaire : situation des populations amérindiennes en Guyane

Retrouver ci-dessous l’intégralité du rapport « Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française : 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux-être », issu de la mission parlementaire confiée en mai dernier à Mesdames Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Villaine, par le Premier ministre, relatif à la situation des populations amérindiennes de Guyane.

Ce rapport a été rendu officiellement ce matin à la Ministre des Outremer, Madame George Pau-Langevin.

Remise du rapport à la Ministre des Outremer, Madame George Pau-Langevin – Mardi 15 décembre 2015 Crédit : Ministère des Outremer

Une conférence de presse est organisée demain à 11h par les deux parlementaires au Palais du Luxembourg afin de présenter leurs propositions.

Téléchargez en version pdf sur ce lien Rapport parlementaire : Suicide des jeunes amérindiens.

Au Sénat, Rapports

Mission parlementaire sur la situation des populations amérindiennes de Guyane

Par un décret paru fin mai au Journal Officiel, le Premier Ministre a confié une mission parlementaire conjointe à Mesdames Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Marie-Anne Chapdelaine, Députée d’Ile-et-Vilaine, sur la situation des communautés amérindiennes de Guyane. Cette mission sera effectuée auprès de Madame George Pau-Langevin, Ministre des Outre-mer.

Genèse de la mission

Au mois d’avril 2014, Aline Archimbaud avait interrogé la Ministre de l’Outre-mer sur le surtaux de suicides en Guyane, 10 à 20 fois plus élevé qu’en métropole, notamment parmi les jeunes. Le Premier Ministre a donc souhaité, dans le cadre de cette mission, comprendre les raisons de cette situation afin de « déployer rapidement en Guyane des mesures d’accompagnement susceptibles de prévenir de tels drames humains« .

Objet de la mission

La lettre de mission prévoit pour ce faire que soit mené par les deux parlementaires un bilan des actions spécifiques menées sur place, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé. En lien avec les acteurs locaux, cette mission appellera par ailleurs une prise en compte de la spécificité guyanaise, notamment en termes d’atteintes portées aux milieux naturels ou de contraintes économiques et budgétaires. Une réflexion est également attendue sur des propositions d’évolutions institutionnelles intégrant les spécificités des populations amérindiennes, et sur le renforcement du rôle du Conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinenge (CCPAB).

Le rapport sera remis au Premier Ministre d’ici le 30 novembre 2015.

Consulter leur lettre de mission :

Page 1

Page 2

Programme de la mission

Dans le cadre de cette mission, Aline Archimbaud et Marie-Anne Chapdelaine effectueront un séjour en Guyane du samedi 19 au lundi 28 septembre, en plusieurs étapes : Cayenne, Awala Yalimapo, Saint-Laurent du Maroni, Camopi, Maripasoula, Twenké, Cayodé, Elahé, Trois-Sauts, et St Georges de l’Oyapock, selon les possibilités logistiques.

Elles alterneront entre rencontres avec les autorités préfectorale et locales, visites de villages amérindiens et bushinengués, rencontres avec les chefs coutumiers, mais également avec des familles, des associations locales, des membres du corps enseignant et du personnel hospitalier.

Leur démarche s’inscrit dans une volonté d’écoute et d’échanges, afin que les propositions qu’elles formuleront dans le rapport reflètent au mieux les réalités qui s’imposent actuellement à ces populations, ainsi que leurs besoins, et leurs attentes en terme de santé, d’éducation, d’environnement, et de reconnaissance de leurs spécificités culturelles, notamment.

Des informations seront régulièrement relayées sur ce blog, et une conférence de presse aura lieu le dimanche 27 septembre à 11h à la Préfecture de Guyanne à Cayenne (rue Fiedmond, 97 307 Cayenne).

Au Sénat, Questions au gouvernement

Question à la Ministre de l’Education nationale au sujet de la réforme des collèges

Ce jeudi 28 mai, Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, a posé une question en séance à Madame Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Éducation nationale, au sujet de la réforme des collèges.


Aline Archimbaud à Madame Najat Vallaud Belkacem

Monsieur/Madame le/la Président-e,

Madame la Ministre,

La réforme des collèges applique les choix du Parlement, qui se sont exprimés dans la loi Refondation de l’École.

Face au constat inacceptable d’une école qui aggrave les inégalités, et au choix coupable d’avoir supprimé la formation des enseignants, le collège va désormais davantage concilier personnel mieux préparé, exigence pour tous et attention à chacun.

Dans les territoires où la crise sociale frappe particulièrement durement, des équipes travaillent déjà depuis des années avec des résultats remarquables : les enseignements pratiques interdisciplinaires vont accroître leur coopération, à condition que les équipes bénéficient pour cela de temps et de formation.

Cependant, la réussite de tous a besoin de mixité de la population scolaire. D’où ma première question Madame la Ministre : Comment la réforme du collège sera-t-elle accompagnée par une politique volontariste en matière de mixité sociale des élèves ?

Par ailleurs, cela ne peut se faire sans les enseignants. Toujours dans cet esprit de reconstruction d’une école plus juste, je souhaite que la plus grande vigilance soit apportée au remplacement effectif des enseignants absents. Des créations de postes sont annoncées, par exemple en Seine Saint Denis où ils seraient au nombre de 500 pour les trois ans qui viennent. C’est un effort, mais il est insuffisant. Il en faudrait trois fois plus pour que la permanence de l’encadrement, la continuité des cours, indispensables à la confiance dans l’école de la République, soient assurées. La situation aujourd’hui sur certains territoires n’est pas acceptable. Quelles décisions comptez-vous prendre à ce sujet ?

Enfin, pour que l’école soit un lieu d’épanouissement pour tous les élèves, il faut qu’elle soit un lieu bienveillant. Madame la Ministre, au-delà de cette réforme, ne pensez-vous pas nécessaire de transformer enfin en profondeur les méthodes pédagogiques de notre pays, d’encourager l’innovation, afin d’assurer la réussite de tous les enfants, d’encourager, comme le font des pays comme la Finlande depuis des années, la coopération et non la concurrence entre les élèves, de valoriser toutes les formes d’intelligence et non pas seulement un modèle unique qui en laisse tant de côté ?

Ci-dessous, la réponse de la Ministre de L’Éducation nationale.

Lire la suite

Au Sénat, Interventions au Sénat

Aline Archimbaud interpelle la Ministre de l’Education nationale sur la refonte de l’éducation prioritaire

Ce mardi 17 février, Aline Archimbaud a interpellé en séance la Ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, au sujet de la refonte de l’éducation prioritaire, sujet sur lequel de nombreux parents d’élèves et d’enseignants se sont mobilisés.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la question orale ainsi que la réponse de la ministre, représentée par Madame Ségolène Neuville, secrétaire chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion.

Comme vous le voyez, la vigilance s’impose car rien n’est vraiment gagné.

Aline Archimbaud reste à la disposition des collectifs de parents et d’enseignants qui souhaitent poursuivre la mobilisation.

Lire la suite

Au Sénat, Questions au gouvernement

Dépôt d’une question orale d’Aline Archimbaud à la Ministre de l’Education nationale sur la refonte de l’éducation prioritaire

Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis a déposé hier mardi 16 décembre une question orale à l’attention de Madame Najat Vallaud-Belkacem, la Ministre de l’Éducation Nationale, de la Recherche, et de l’Enseignement Supérieur,  au sujet de la refonte de l’éducation prioritaire.

Voici le texte de la question : 

Depuis plusieurs semaines, des enseignants et parents d’élèves se mobilisent partout en France face à la sortie de leur collège du dispositif d’éducation prioritaire. C’est le cas notamment en Seine-Saint-Denis, où 5 collèges sont concernés (à Aulnay-sous-Bois, à Montreuil, à Neuilly-sur-Marne, à Romainville), ainsi que dans l’Oise (le bassin creillois). Nul ne peut pourtant nier les difficultés socio-économiques dans lesquelles se trouvent les habitants de ces zones.

La fin du classement d’un collège en éducation prioritaire fait planer une menace sur les projets pédagogiques, souvent innovants, dans lesquels l’aide de l’Etat apportée aux plus fragiles a donné la possibilité d’investir. Ces projets ont permis de favoriser la mixité sociale et de réduire l’évitement social qui caractérisait ces collèges discriminés, et de lutter contre les inégalités en matière de réussite scolaire.

Par ailleurs, la sortie de l’éducation prioritaire aura des conséquences financières négatives sur les écoles primaires liées à ces collèges.

En Seine-Saint-Denis, 13 collèges rejoindront l’éducation prioritaire. Pour autant, cette aide qui leur est justement accordée au regard de la situation sociale des bassins de vie, souvent sinistrés, dans lesquels ils s’inscrivent, ne peut se faire aux dépens de collèges qui en ont autant besoin.

Au delà du manque de concertation et de discussion pointé par les enseignants et les parents d’élèves, leur interrogation porte sur les indicateurs sociaux ayant été retenus comme critères d’entrée et de sortie du dispositif d’éducation prioritaire, critères jugés opaques et imparfaits.

Madame la Ministre, pouvez-vous garantir la transparence des critères retenus pour redéfinir la carte de l’éducation prioritaire, ainsi que l’exactitude des données qui ont permis de sélectionner les collèges sortis du dispositif ? Par ailleurs, quelle garantie de moyens pouvez-vous à présent donner aux collèges et écoles primaires anciennement classés en ZEP afin qu’ils persévèrent dans leur lutte contre l’échec scolaire, et démontrer ainsi que l’égalité des élèves sur tous les territoires reste la mission principale de l’Éducation nationale ?

Non classé

Aline Archimbaud aux 8e rencontres de l’Institut Renaudot

Je suis intervenue le 21 novembre en ouverture des 8e rencontres de l’Institut Renaudot à Paris.

Ces rencontres sur le thème « Construire ensemble – un défi pour vivre mieux » rassemblaient 400 personnes de toute la France, mais aussi de Belgique et du Québec, tous acteurs des démarches communautaires, autrement dit ascendants, participatives, associant la population à la définition, en amont, des projets dans tous les domaines : santé, urbanisme, éducation, environnement, culture.

Aline Archimbaud

Dans les médias, Interviews

Aline Archimbaud – Invitée politique de France Bleue – Education nationale et Diesel

Aline Archimbaud était ce matin politique ce matin de France Bleue 107.1.

Elle a répondu aux questions de Noé da Silva sur l’Éducation Nationale, et notamment les difficultés auxquelles la Seine-Saint-Denis est actuellement confrontée en la matière, et sur le diesel dans le cadre de la proposition de loi sur les particules fines portée par le Groupe écologiste du Sénat et dont elle est l’auteure, qui sera examinée aujourd’hui au Sénat.

Pour réécouter l’interview.

En Seine-Saint-Denis, En Seine-Saint-Denis, Sur le terrain

Visite au lycée JP Timbaud d’Aubervilliers

Aline Archimbaud a répondu vendredi 16 mai à l’invitation du proviseur et des professeurs du lycée professionnel JP Timbaud d’Aubervilliers, l’occasion de découvrir les nombreux projets innovants très intéressants mis en œuvre par la direction en collaboration avec l’équipe pédagogique, tels que le développement d’une filière OIR (Opérateurs des Industries du Recyclage) récemment créée au sein du lycée, et destinée à des élèves de CAP désireux de découvrir les activités de récupération et de valorisation des déchets issues notamment de la déconstruction automobile, déchets réemployés dans le cadre de leur formation professionnelle.

C’est l’un des rares lycées du département à s’engager dans ce type de démarche.

Le lycée a également participé au concours organisé par le Ministère de l’Éducation nationale de création virtuelle d’entreprise et, dans ce cadre, ont choisi de proposer la création d’une entreprise spécialisée dans la commercialisation de produits biologiques.

Pour l’instant, le lycée ne dispose que d’une filière CAP et souhaiterait disposer d’une section « bac pro » et « BTS ».