Déclaration d’Aline Archimbaud – Élections sénatoriales en Seine-Saint-Denis

Je ne me représenterai pas aux prochaines élections sénatoriales de septembre.

Je me suis avancée vers cette élection avec la perspective d’être une « sénatrice militante ». Je ne crois pas m’être détournée de ce cap. J’ai été aussi présente que possible sur les luttes et les alternatives écologiques en Seine-Saint-Denis. J’ai apporté mon soutien financier en toute transparence à plus de 15O associations locales.

Au Sénat, parmi les nombreux sujets du quotidien, j’ai défendu des causes aussi urgentes que l’accès au droit, la solidarité avec les victimes de l’amiante, l’interdiction des perturbateurs endocriniens, la fin de la fiscalité avantageuse sur le diesel ou l’huile de palme… Je me suis engagée contre les lobbies du tabac, de l’alcool, du médicament, de l’agroalimentaire.

Je suis particulièrement honorée d’avoir eu à défendre la cause des roms, des amérindiens de Guyane, des personnes enfermées dans les prisons et les hôpitaux psychiatriques.

Au total, dans un sénat à majorité conservatrice, j’ai subi des défaites mais j’ai aussi remporté des victoires significatives, ce qui montre que le parlement est un terrain d’intervention qu’il ne faut pas abandonner.

Enfin, j’ai été loyale aux engagements que j’avais pris dans le cadre de l’alliance entre les écologistes et les socialistes. Je n’ai pas voté des textes qui me paraissaient contradictoires avec ces engagements, par exemple la loi « travail » ou la « déchéance du code de la nationalité ».

J’ai produit deux fois par an un bilan public de mon action et ferai un bilan complet de ces 6 années en septembre. J’aurai l’occasion de le présenter au cours d’une soirée publique d’ »au revoir » à la mi-septembre, dans notre chère maison des alternatives de Pantin… Je vous y invite d’ores et déjà toutes et tous.

Il est temps après 45 ans d’engagement militant, dont plus de 35 en Seine-Saint-Denis, de faire retraite et de trouver d’autres formes, sans doute plus lentes, d’engagement.

La vie politique appelle une relève urgente des générations et un fort renouvellement du projet de la gauche dans le sens de l’émergence d’une puissante sociale-écologie, populaire et démocratique.

Sur ce chemin, a émergé l’idée d’une candidature d’Anina Ciuciu à la prochaine élection sénatoriale et j’approuve cette perspective.

J’invite chacun à agir dans les jours qui viennent pour que la triple alliance des progressistes, des écologistes et des mouvements sociaux de la fraternité porte à l’élection cette personnalité exceptionnelle : elle peut apporter un regard et une contribution forte aux défis majeurs auxquels sont confrontées nos populations, notre Europe et notre planète.

A bientôt.

Aline Archimbaud