Ma rencontre avec de jeunes Amérindiens du collège de Saint Georges (Guyane) au Sénat

J’ai rencontré hier au Sénat cinq jeunes amérindiens, élèves au collège Constant Chlore à Saint Georges, accompagnés de deux de leurs professeurs qui ont organisé avec eux un voyage d’une semaine en métropole. Nous avons échangé longuement sur leurs aspirations, sur les difficultés qu’ils pouvaient rencontrer au quotidien et sur leur éloignement d’avec leurs familles, puisque leur collège est situé à deux à six jours de pirogue de leur village de Trois sauts (selon le niveau du fleuve), sur le haut Oyapock, et qu’ils ne voient leurs parents que pendant les vacances scolaires.

Ils m’ont parlé de leurs envies pour l’avenir, et m’ont montré des projets cinématographiques très réussis sur leur village et leur collège, qu’ils ont réalisé ensemble. J’ai rencontré des jeunes fiers de leur culture, volontaires, curieux, créatifs, qui ont des projets plein la tête, et des enseignants passionnés qui donnent tout pour que leurs élèves réussissent, malgré les barrières qu’ils rencontrent et malgré le manque de budget criant auquel ils sont confrontés.

Forte de cette rencontre, je continuerai à défendre sans relâche les propositions du rapport parlementaire que j’ai réalisé avec ma collègue députée Marianne Chapdelaine auprès du nouveau gouvernement, pour que soient enfin réunies les conditions d’un mieux-être pour les Amérindiens de Guyane et pour que tous ces jeunes puissent enfin, selon leurs mots, « réaliser leurs rêves ».