Communiqué – Projet de loi égalité réelle en Outre-mer

 Paris, 19 janvier 2017

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice de Seine-Saint-Denis

Projet de loi égalité réelle en Outre-mer : beaucoup d’attentes et des avancées à saluer

Le projet de loi Égalité réelle en Outre-mer a été examiné en première lecture au Sénat cette semaine. Il a pour objectif de réduire les inégalités d’accès aux biens, aux services publics, aux droits, et les problèmes éducatifs, sanitaires, économiques, d’accès à l’emploi, de coût de la vie trop élevé auxquelles sont confrontés les habitants des territoires d’Outre-mer par rapport aux habitants de l’hexagone.

Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine Saint Denis et cheffe de file pour le groupe écologiste du Sénat sur ce projet de loi, se réjouit « que les débats au Sénat aient enrichi le texte et que la plupart des amendements déposés au nom du groupe aient été adoptés en séance. Ils permettront notamment d’améliorer l’information des enfants sur des questions de santé, de lancer une réflexion sur la mise en place d’un Observatoire du suicide en Guyane, de renforcer les prérogatives du nouveau Grand Conseil Coutumier des populations amérindiennes et bushinenges de Guyane et de lutter contre l’orpaillage ».

Marie Christine Blandin, Sénatrice du Nord, qui est intervenue à plusieurs reprises pour défendre le renforcement des moyens pour lutter contre l’orpaillage, se félicite « des avancées obtenues dans ce domaine, notamment en Guyane, où c’est un véritable fléau aux conséquences graves sur l’environnement, la santé des habitants et leur sécurité au quotidien ». Elle salue également la reconnaissance, enfin, de la parole des peuples autochtones en Guyane.

Jean Desessard, Sénateur de Paris, a interpelé le gouvernement pour qu’une vraie solution, respectueuse de chacun,  soit trouvée aux flux ininterrompus qui arrivent à Mayotte depuis la départementalisation. 

Malgré ces avancées, les difficultés restent nombreuses et certains sujets fondamentaux, comme le développement de l’enseignement en langue maternelle pour tous les enfants qui ne parlent pas le Français à leur entrée à l’école, ou le développement d’une agriculture, d’une aquaculture locales et  respectueuses de la biodiversité, de filières environnementales, de filières d’énergies renouvelables, n’ont pas été réellement traités.  

Plus généralement, il faudrait résolument promouvoir des économies locales, endogènes, capables d’instaurer des circuits courts et de faire baisser les prix.

Beaucoup reste à faire, mais les avancées sont réelles. Le groupe écologiste a donc voté pour ce texte et espère que les dernières étapes de la navette parlementaire à venir ne remettront pas en cause les progrès qui ont été obtenus au Sénat.

Pour tout contact :
Adriane Dubois
a.dubois@clb.senat.fr
07 78 81 36 51