Communiqué – Rencontre entre Nicolas Hulot et des représentants des populations amérindiennes

 

Paris, le 29 novembre 2016

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice de Seine-Saint-Denis

Rencontre entre Nicolas Hulot et des représentants des populations amérindiennes

Nicolas Hulot rencontre cet après-midi au Sénat une délégation de représentants des populations amérindiennes et bushinengués venus spécialement de Guyane dans le cadre d’un colloque qui aura lieu demain au Palais du Luxembourg, dédié à la situation des populations amérindiennes.

Ce colloque fait suite au rapport de la mission parlementaire remis il y a un an par Aline Archimbaud et sa collègue Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Vilaine, à propos du taux très élevé de suicides chez les jeunes Amérindiens de Guyane. Ce rapport contient 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux être.

Un an après, Aline Archimbaud souhaite, par ce colloque, tirer un premier bilan de la mise en œuvre de ces propositions, et plus globalement, faire un état des lieux de la situation.

Nicolas Hulot, particulièrement intéressé par la dimension humaine, culturelle et environnementale de cette situation, a quant à lui souhaité entendre directement les représentants de ces populations, et échanger avec eux.

En effet, les enjeux sont importants :

Comment enrayer l’épidémie de suicides qui touche les jeunes amérindiens et qui traduit un immense mal-être et une grande difficulté à se projeter dans l’avenir ? Ces jeunes sont porteurs de projets et de propositions qui leur permettraient de préserver leur identité tout en rentrant dans le monde moderne, et de répondre à une situation économique et sociale difficile. Toutefois, leurs projets ne rencontrent pour l’instant que peu d’écho.

D’autre part, la Guyane possède près de 8 millions d’hectares de forêt qui constituent environ 96% de son territoire. Ces forêts, de type « tropicale humide », abritent une biodiversité exceptionnelle. Le Parc amazonien de Guyane est une partie de l’immense forêt amazonienne dont la superficie est de six millions de kilomètres carrés. C’est la plus grande zone de forêt ancienne tropicale de notre planète, peuplée de plus de la moitié des espèces animales et végétales terrestres, et fournissant un cinquième de la planète en eau douce. C’est aussi une source importante de lutte contre les gaz à effet de serre. Or, les savoirs-faire et les connaissances des amérindiens pourraient être très utiles pour sauvegarder la forêt et répondre donc à deux défis mondiaux : lutter contre le dérèglement climatique et protéger la biodiversité.