Diesel – Après la prise de conscience, enfin le passage à l’action !

Paris, Jeudi 15 octobre 2015

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis

Diesel

Après la prise de conscience, enfin le passage à l’action!

Sénatrice de Seine-Saint-Denis et Vice présidente de la commission des Affaires sociales, Aline Archimbaud se félicite de l’annonce faite par le gouvernement de réduire progressivement l’écart de fiscalité entre gazole et essence, jusqu’à ce qu’il soit mis fin à l’avantage fiscal du diesel dans cinq ans.

La sénatrice est en effet l’auteure d’une proposition de loi relative à la nocivité du diesel qui avait été examinée au Sénat il y a un an, et avait à l’époque été largement rejetée pour le Sénat.

Elle insiste par ailleurs sur l’importance qu’il y a pour le gouvernement à agir sur l’indépendance de la mesure des émissions de particules fines : déjà dans sa proposition de loi, elle avait proposé de s’intéresser, par la rédaction d’un rapport, au déficit de connaissances et d’expertises indépendantes en matière de pollution automobile.

En effet, la définition des normes et des méthodes de mesure peut aussi bien concourir à révéler la pollution qu’à la dissimuler. Ces normes et ces méthodes sont aujourd’hui sujettes à de nombreuses incertitudes. Les cycles de conduite qui servent de référence aux tests d’émissions polluantes ne sont en effet pas représentatifs des conditions réelles de circulation, les particules fines reformées quelques mètres derrière le véhicule ne sont pas prises en compte par les tests, la discrimination entre les différentes tailles de particules fines est sujette à caution (les plus fines étant les plus dangereuses), etc.

Plus largement que le scandale qui éclabousse le constructeur allemand, il faut donc bien avoir conscience du fait que la seule expertise technique aujourd’hui disponible est celle du lobby industriel. Sur le site de l’union technique de l’automobile et du cycle (UTAC), qui se définit comme « le partenaire privilégié des industriels tournés vers la compétitivité » que sont ses clients, on peut par exemple lire que cette entreprise, une des rares références techniques en la matière, participe par ailleurs activement à l’élaboration et à l’évolution des réglementations nationales et internationales applicables aux véhicules en matière d’émissions polluantes. Aujourd’hui donc, face à ce scandale sanitaire qui sacrifie chaque année des dizaines de milliers de vies et des milliards d’euros, aucune recherche indépendante n’est mise en œuvre. Personne n’est chargé de défendre l’intérêt général, la santé de nos concitoyens et nos finances publiques.

« La décision annoncée aujourd’hui par le gouvernement est donc un premier pas qui va dans le bon sens. J’espère que d’autres décisions tout aussi courageuses suivront », conclut Aline Archimbaud.

Pour tout contact :
Adriane Dubois
Collaboratrice d'Aline Archimbaud
a.dubois@clb.senat.fr
07 78 81 36 51