Question d’Aline Archimbaud au Préfet de Seine-Saint-Denis sur les conditions d’accueil et d’hébergement des populations roms

A l’occasion de la séance plénière du Conseil général de Seine-Saint-Denis du 16 octobre dernier, Aline Archimbaud a posé une question à M. le Préfet, Philippe Galli, relative aux conditions d’accueil et d’hébergement des populations rom sur le territoire.


Aline Archimbaud. Monsieur le Préfet, merci d’être là, de nous donner l’occasion d’entendre le rapport d’activité des services de l’État, et de pouvoir échanger directement avec vous.

La circulaire interministérielle de fin août 2012 fixe les conditions dans lesquelles les familles rom précaires doivent être accueillies en France. En Seine-Saint-Denis, nous sommes inquiets, à la fois sur la possibilité de scolariser les enfants, sur la santé et sur l’hébergement de ces personnes. Pourquoi l’État ne pourrait-il pas encourager la création de petites structures d’accueil et d’insertion de petites dimensions du type MOUS ou autres et qui pourraient être accompagnées par des réseaux associatifs. Un certain nombre sont volontaires.

Sur la même question, où en est-on de la coordination demandée au Premier Ministre par plusieurs parlementaires, afin de répartir les efforts d’accueil sur l’ensemble des départements d’Ile-de-France ?

Je vous remercie.


A venir la réponse de M. le Préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli.