Communiqué : Des mesures d’urgence pour les treize familles expulsées à Montreuil

Communiqué de presse

02/09/2016

Il est nécessaire de mettre en place des mesures d’urgence
pour les treize familles Roms expulsées à Montreuil

Aline Archimbaud exprime une nouvelle fois sa vive préoccupation suite aux conséquences de l’expulsion, il y a plus d’un mois maintenant, des treize familles roms qui vivaient au 250 boulevard de la Boissière à Montreuil.

Si l’évacuation a été demandée pour péril imminent en octobre 2015, en raison des conditions de sécurité du lieu qui n’étaient absolument pas garanties, celle-ci a été réalisée le 28 juillet dernier alors même qu’aucun accompagnement n’avait été prévu comme le prévoit la circulaire du 26 août 2012 relative à «l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation».

C’est ainsi que depuis plus d’un mois, treize familles avec des enfants, dont des nourrissons, sont sans abri, errent dans la ville de Montreuil et dorment dans la rue, se déplaçant au gré de la surveillance et des interpellations policières.

Cette situation est inacceptable d’un point de vue humanitaire et accentue encore la précarité dans laquelle ces familles se trouvent. Elle nuit au processus d’intégration dans lequel ces familles s’engagent, avec le soutien associatif, ainsi qu’à la scolarisation des enfants, déjà scolarisés à Montreuil, en pleine période de rentrée des classes.

Aline Archimbaud en appelle donc une nouvelle fois à l’ensemble des pouvoirs publics, à une coordination entre les services de l’État, la préfecture de Région, la ville de Montreuil pour que des solutions d’accueil et d’hébergement dignes, en cohérence avec les principes de notre République, soient trouvées rapidement pour ces treize familles.

Dans l’immédiat, et dans l’urgence, elle demande aux pouvoirs publics que soient appliquées les dispositions existant en matière d’hébergement d’urgence pour «toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale», lui permettant «dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène» (article L345-2-2 du code de l’action sociale et des familles).

Sur le plus long terme, elle rappelle à nouveau que des solutions existent qui, par l’action concertée des pouvoirs publics et des associations, permettraient de lutter contre la multiplication de ces situations en créant des petites unités, qui reposeraient sur l’association des populations à leur propre démarche d’insertion. Leur accompagnement pourrait être pris en charge par des réseaux de solidarité. Pour éviter ces situations qui se répètent et dont on sait qu’elles ne mènent qu’au déplacement des difficultés qui perdurent en l’absence de solutions réelles, il est essentiel que les pouvoirs publics à tous les niveaux accompagnent sur le long terme ces initiatives, pour l’insertion et l’accès aux droits de ces populations constamment stigmatisées.

Pour tout contact :
07.78.81.36.51

Drame de Bobigny : urgence sanitaire pour les Roms

Le drame survenu ce matin à Bobigny, un enfant mort dans un nouvel incendie du campement dit des Coquetiers, nous rappelle violemment que les Roms vivent sur notre territoire dans des conditions indignes et dangereuses qui relèvent de l’urgence sanitaire.

Europe Ecologie Les Verts 93 rappelle sa demande de solutions urgentes pour ces familles. La première étant de respecter la loi : mettre à disposition des terrains par les communes. Un incendie dans le même camp était survenu en avril.

La situation de ces familles souffrait déjà de la mise en place de mesures transitoires pour la Roumanie et la Bulgarie, initiées lors de leur adhésion à l’Union. Ces mesures ne permettaient pas aux populations Roms de bénéficier sur le marché du travail des mêmes droits que leurs concitoyennes et concitoyens européens. Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis et membre de la commission des Affaire sociales, s’est battue contre ces mesures qui ont fini par tomber. Mais aujourd’hui, l’urgence est toujours là. Il est primordial qu’un accueil digne soit enfin réservé à ces populations qui sont dans une situation des plus préoccupantes.

Le Pacte républicain doit aujourd’hui guérir des séquelles du discours de Grenoble.

Bidonvilles : le changement c’est urgent

roms

 

Aline ARCHIMBAUD, sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis, apporte tout son soutien à l’appel unitaire pour la manifestation régionale sur les bidonvilles qui aura lieu le samedi 25 mai à Paris, au départ de la place Saint-Michel.

Les déclarations du Premier ministre de fin août 2012 et la circulaire interministérielle du 26 août 2012 indiquent clairement la nécessité d’établir un diagnostic social et de proposer des solutions d’accompagnement.

Cette circulaire doit absolument être respectée et mise en œuvre.

Dans certaines régions, quelques progrès ont été accomplis mais la situation en Île-de-France est dramatique.

Des collectifs de solidarité existent, des solutions existent pour avancer dans le domaine du logement, certains maires et élus locaux se sont courageusement engagés.

Des financements sont possibles à plusieurs niveaux : local, régional, national et européen. La non application des déclarations du Premier ministre et de cette circulaire, et notamment les évacuations brutales, crée des situations dramatiques sur le plan sanitaire, scolaire et de l’insertion en général. L’existence de populations errantes favorise les crispations et les rejets dans la population.

Il est urgent d’encourager et de faciliter la mise en oeuvre de ces solutions.

 

Colloque sur les citoyens roumains et bulgares

En lien avec sa proposition de résolution n°590 qui demande la levée des mesures transitoires bloquant aujourd’hui presque totalement les possibilités d’accès au travail, à la formation et à l’insertion des citoyens roumains et bulgares,


Aline Archimbaud
Sénatrice de Seine-Saint-Denis

vous convie à un colloque de travail


Jeudi 27 septembre
de 14h à 18h
Salle Monnerville, Palais du Luxembourg


Pour des raisons de sécurité, merci de bien vouloir vous inscrire auprès de Cleo LALLEMENT (c.lallement@assistants.senateurs.fr ou au 01 42 34 30 63).

PROGRAMME

  • Introduction : Aline ARCHIMBAUD

  • Table-ronde 1

    État des lieux : conditions d’accueil et de vie des citoyens roumains et bulgares

Jean-François Corty, directeur des missions France de Médecins du Monde

Laurent El Ghozi, président de la FNASAT

Hélène Flautre, députée européenne

Sandrine Halfen, Observatoire Régional de la Santé Île-de-France

Jean-Yves Leconte, sénateur

Malik Salemkour, vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme

  • Table-ronde 2

    Paroles et témoignages

Marcela, bassin minier

Léonard, Bordeaux

Cristina, Nantes (sous réserve)

Alex, Montreuil (sous réserve)

Dominique Voynet, maire de Montreuil

  • Table-ronde 3

    Valoriser et généraliser des initiatives locales très réussies

Christophe Auger, délégué général d’Emmaüs France

Patrick Braouezec, président de Plaine Commune

Laure Lechatellier, vice-présidente du conseil régional Île-de-France (sous réserve)

Myriam N’Cho, adjointe au maire d’Indre (sous réserve)

Jacques Salvator, maire d’Aubervilliers

Alexandra Siarri, adjointe au maire de Bordeaux

Visite de l’hôtel Gelem à Montreuil

Lundi 23 avril, je me suis rendue sur le terrain géré par l’association Ecodrom à Montreuil.

L’occasion d’y découvrir l’hôtel Gelem. Cette chambre d’hôtes atypique est située sur le campement Rom du quartier des murs à pêches.

Cette parcelle, habitée par 5 familles, a d’abord été entièrement nettoyée par leurs soins et abrite désormais des cultures de toutes sortes : haricots, tomates, choux, poiriers,etc.

À ce projet agricole est venu s’ajouter celui de l’hôtel Gelem, démarche de tourisme embarqué initiée par Matthias JUD et Christoph WACHTER, deux jeunes artistes suisses.

Alex, le propriétaire des lieux, vous invite dans ce chalet tout confort où vous pouvez séjourner quelques nuits moyennant une somme à votre discrétion.

Un excellent moyen de découvrir l’hospitalité et la culture Rom !

En préparation par ailleurs : un projet de réparation de vélos qui mobilise déjà trois jeunes.

Un grand merci à Colette et Jeanne de l’association Ecodrom pour leur accueil et leur imagination débordante !