Visite au lycée JP Timbaud d’Aubervilliers

Aline Archimbaud a répondu vendredi 16 mai à l’invitation du proviseur et des professeurs du lycée professionnel JP Timbaud d’Aubervilliers, l’occasion de découvrir les nombreux projets innovants très intéressants mis en œuvre par la direction en collaboration avec l’équipe pédagogique, tels que le développement d’une filière OIR (Opérateurs des Industries du Recyclage) récemment créée au sein du lycée, et destinée à des élèves de CAP désireux de découvrir les activités de récupération et de valorisation des déchets issues notamment de la déconstruction automobile, déchets réemployés dans le cadre de leur formation professionnelle.

C’est l’un des rares lycées du département à s’engager dans ce type de démarche.

Le lycée a également participé au concours organisé par le Ministère de l’Éducation nationale de création virtuelle d’entreprise et, dans ce cadre, ont choisi de proposer la création d’une entreprise spécialisée dans la commercialisation de produits biologiques.

Pour l’instant, le lycée ne dispose que d’une filière CAP et souhaiterait disposer d’une section « bac pro » et « BTS ».

Manifestation devant l’usine Placoplâtre

Photo Manifestation Vaujours Usine

 

Suite à l’annonce des résultats des mesures effectuées sous le contrôle de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) sur le site du Fort de Vaujours, des militants écologistes locaux de Seine-Saint-Denis ont lancé un appel à une action de sensibilisation des salariés de l’usine Placoplâtre, quant à leurs conditions sanitaires de travail sur ce site actuellement en chantier.

Aline Archimbaud  a été la première à réagir hier matin en appelant à un soutien  à cette manifestation (Communiqué de presse et Article du Parisien.fr).

Les élus régionaux, sous la houlette de Corine Rufet, Vice-presidente à l’environnement, ont également appelé à manifester.

 

C’est ainsi qu’en lien avec les instances nationales d’Europe Ecologie-Les Verts,  le comité de campagne EELV pour les élections européennes, représenté par Mohamed Mechmach, les représentants d’EELV 93, et le groupe local de Clichy-sous-Bois, ont décidé d’aller à la rencontre des salariés de Placoplâtre qui ont, pour la plupart, témoigné leurs vives inquiétudes quant aux résultats des mesures de radioactivité du site sur lequel certains d’entre eux travaillent quotidiennement.

 

Aline Archimbaud reste mobilisée sur ce dossier et tient à témoigner de sa profonde préoccupation pour les conditions de travail des salariés de l’usine Placoplâtre et pour celles des riverains du site du Fort de Vaujours car le doute n’est plus permis. Elle continuera à alerter, comme elle l’a déjà fait à de nombreuses reprises, les pouvoirs publics et le gouvernement sur le sujet.

Communiqué de presse – Manifestation Fort de Vaujours – Mercredi 16 avril

Le 16 avril 2014, Paris

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine‐Saint‐Denis

Hier, l’Agence de Sureté Nucléaire a rendu publiques les mesures de radioactivité qu’elle a diligentées le 25 février dernier sur le site du Fort de Vaujours, situé sur les communes de Vaujours (93) et de Courtry (77) sur lequel des expérimentations d’armements nucléaires ont été menées, sous l’autorité du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), utilisant notamment de l’uranium naturel et appauvri, de 1955 à 1997.

En 2010, la société Placoplâtre, filiale du groupe Saint‐Gobain, a racheté 33 ha de ce site dans le cadre d’un projet d’exploitation de gypse. Pour ce faire, la société Placoplâtre envisage la démolition des bâtiments du site.

Il ressort de l’analyse des résultats la présence d’une radioactivité ajoutée à la radioactivité naturelle avec un niveau de rayonnement mesuré d’environ dix à vingt fois supérieur au niveau attendu. L’ASN rappelle par ailleurs que Placoplâtre doit garantir la protection des travailleurs et de l’environnement.

Ce soir, une manifestation des écologistes est organisée à 17h au 354 rue de Meaux sur le site du Fort de Vaujours afin d’alerter les salariés de Placoplâtre aux risques qu’ils encourent dans le cadre de l’exploitation de ce site contaminé.

Aline Archimbaud, qui est déjà intervenue à plusieurs reprises auprès des pouvoirs publics sur le sujet, et qui a interpellé le gouvernement en février dernier en demandant un moratoire immédiat sur tous les travaux, apporte tout son soutien à la manifestation de ce soir et restera particulièrement vigilante quant aux suites qui seront données à ce dossier.

Une réserve parlementaire 2014 pour soutenir les associations en Seine-Saint-Denis

Acteurs indispensables à la démocratie et vecteurs principaux du lien social dans la vie de la cité, les associations sont aujourd’hui en grandes difficultés (Cf : lien suivant)

C’est pourquoi, j’ai opté pour une affectation totale de mon enveloppe parlementaire au milieu associatif.

Vous trouverez ci-après le tableau récapitulatif des attributions au titre de l’exercice 2014.

Réserve parlementaire 2014 de la sénatrice de Seine-Saint-Denis Aline ARCHIMBAUD

Fort de Vaujours : les écologistes interpellent le gouvernement

A l’occasion des questions au gouvernement, Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine- Saint-Denis et Secrétaire de la commission des Affaires sociales, a soulevé le dossier du Fort de Vaujours.

Cet ancien fort militaire a été utilisé par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA) de 1951 à 1997 pour y développer les détonateurs des bombes atomiques de l’armée française et y pratiquer des tirs consistant à faire exploser des bombes atomiques factices construites autour de sphères d’uranium 238. Lors des gros tirs, certains débris ont été retrouvés par le CEA à plus d’un kilomètre du fort. De nombreux produits chimiques hautement toxiques ont été retrouvés dans l’enceinte du Fort.

« Aujourd’hui, des médecins et malades nous interpellent, ainsi que des associations locales. Les statistiques de l’Agence régionale de santé démontrent des taux de cancer préoccupants et à la fois bien au dessus de la moyenne nationale et départementale et sans commune mesure avec les taux enregistrés dans les communes avoisinantes. Parlementaires écologistes, nous sommes très inquiets des risques sanitaires encourus par la population environnante, et nous ne sommes pas les seuls. Et ce d’autant plus que la majeure partie du site (30 hectares sur 45) a été rachetée en 2010 au CEA par la société BP Placo (Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain), qui a pour projet imminent d’y réaliser une carrière de gypse à ciel ouvert », s’est alarmée Aline Archimbaud.

Face au danger évident que représente le déplacement de millions de mètres cubes de terre polluée, cumulant de nombreux risques (contaminations radiologiques, pollutions chimiques, présence de métaux lourds, munitions non explosées), la Sénatrice a demandé la position du gouvernement sur la demande des écologistes : un moratoire immédiat sur tous les projets en cours sur le secteur.

Philippe Martin, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, a répondu au nom du gouvernement qu’il n’y avait pas lieu d’interrompre ce nouveau chantier de Placoplâtre, même s’il était nécessaire d’être vigilant à chaque étape du projet. Il a donc annoncé que la commission locale de suivi avait été réactivée.

Pour les écologistes, cette réponse est clairement insuffisante : hier la CRIIRAD a mis un terme à la polémique sur la contamination radioactive ou non du site en publiant une note dans laquelle elle « considère qu’il persiste une contamination radiologique en particulier par de l’uranium appauvri utilisé par le CEA DAM pour des tirs à l’air libre en casemates. C’est précisément à cause de cette contamination qu’il existe des servitudes spécifiques (Arrêté interpréfectoral du 22 septembre 2005). »

6e Forum Santé de Noisy-le-Grand

IMAG0003

À la veille de la remise de son rapport parlementaire « L’accès aux soins des plus démunis – 40 propositions pour un choc de solidarité », Aline ARCHIMBAUD a participé en présence de Jean-François Baillon  (Vice-Président EELV au Conseil général) et de Frédérique Denis (conseillère municipale déléguée à la santé), à la présentation du 6e Forum Santé « santé vous bien ! » à Noisy-Le-Grand.

Le forum santé est une rencontre entre habitants, professionnels et associations concourant au « bien-être physique, mental et social » de chacun, de la petite enfance jusqu’au grand âge.  Un Forum santé riche d’initiatives à découvrir dans le programme.

Christiane Taubira choisit la Seine-Saint-Denis pour lancer sa campagne nationale de présentation de sa réforme pénale

Capture d’écran 2013-09-12 à 12.35.29

C’est à Pantin (en Seine-Saint-Denis), aux côtés d’Aline ARCHIMBAUD que la ministre de la justice, Christiane Taubira a décidé de lancer sa tournée d’explication de sa future réforme pénale.

Après une vingtaine de minutes de présentation de son projet de loi, elle s’est dynamiquement prêtée au jeu des questions/réponses devant une salle comble (plus de 200 personnes). Elus locaux, associations, habitants et professionnels de la justice ont largement répondu à l’invitation.

Lors de cet événement, Madame Taubira n’a pas manqué de défendre une « série de dispositifs visant à prévenir la récidive et favoriser la réinsertion » des délinquants :

– un dispositif d’individualisation des peines

– un dispositif pour limiter la récidive (lutter contre les sorties sèches)

– la contrainte pénale (peine restrictive de liberté avec accompagnement)

Après cela, une large place réservée au débat a permis à la ministre de répondre à une série de questions du public qui portait essentiellement sur :

– la contradiction entre la Justice et l’Intérieur

– la correctionnalisation des viols

– les conseillers d’insertion et de probation

– l’aide juridictionnelle

Mais aussi sur l’épineux dossier de « délocalisation » des audiences des juges des libertés et de la détention du tribunal de Bobigny et de Meaux dans respectivement, la zone aéroportuaire de Roissy-Charles-de-Gaulle et le centre de rétention du Mesnil Amelot.

Sur ce sujet, La Ministre ne désarme pas, elle encourage les associations à faire leur travail de mobilisation pour empêcher cette justice d’exception.

Aline ARCHIMBAUD, signataire de l’appel du CCFD-Terre solidaire « Pour en finir avec l’évasion fiscale et l’opacité financière »

logo-ccfd

Aline ARCHIMBAUD, soutient pleinement la campagne du CCFD-Terre solidaire « pour en finir avec l’évasion fiscale et l’opacité financière ».

 

Cet appel a été adressé au Président de la République, pour l’amener à prendre des décisions encore plus radicales dans sa lutte contre les paradis fiscaux et contre leur utilisation à des fins d’évasion fiscale.

Aujourd’hui,  l’actualité confirme douloureusement l’analyse du CCFD- Terre Solidaire et d’un nombre croissant d’acteurs de la société civile, et met au grand jour l’étendue de ce système opaque qui mine profondément la démocratie, les ressources publiques et toute l’économie réelle.

Rappelons que près de 25 000 milliards d’euros sont logés dans les paradis fiscaux… Chaque année, ce sont des dizaines de milliards de manque à gagner en recettes fiscales pour la France, et des centaines de milliards pour les pays du Sud.

Le gouvernement s’attèle à la tâche. Il doit être ambitieux : c’est tout un système qu’il s’agit de réguler. C’est pourquoi il est nécessaire de prendre de nombreuses mesures auprès des institutions financières du monde entier, des sociétés écrans ainsi que des entreprises multinationales.

 

 

Lien: article

Site de CCFD-Terre solidaire

 

Atelier/échange avec les détenus de la maison d’arrêt de Villepinte

photo 4
Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis et Berthet One, artiste de BD, débattent avec les détenus de la maison d’arrêt de Villepinte ce mercredi 03 juillet 2013 à partir de 14h.
Beaucoup de points communs entre la sénatrice, ancienne professeure, et l’artiste, ancien détenu.
Tout d’abord le territoire, à savoir la Seine-Saint-Denis, qu’ils connaissent parfaitement pour y habiter depuis de nombreuses années.
Ensuite, leurs passions respectives : l’une pour les lettres, l’autre pour le dessin.
Et enfin, leurs engagements communs : l’amélioration des conditions de détention dans les lieux de privation de liberté et bien entendu la préparation à la sortie.
C’est donc dans ce cadre, qu’ils ont décidé d’organiser un temps d’échange avec les détenus de la maison d’arrêt de Villepinte sur la réinsertion : les attentes, les possibles, les moyens et conditions de mise en oeuvre.
Cette rencontre est initiée par l’association MAKADAM crée par Berthet One et qui à pour vocation de prévenir la délinquance , la réinsertion et rendre la culture accessible à tous. Cette première initiative devrait aboutir par l’organisation d’une exposition /atelier à la BD au sein de la maison d’arrêt.