Maintien du CIO du Blanc-Mesnil

Je suis intervenue en janvier auprès du Rectorat de l’Académie de Créteil suite à sa décision de fermer un certain nombre de Centres d’Information et d’Orientation (CIO) de Seine-Saint-Denis et de les fusionner avec d’autres.

Cette décision faisait suite au désengagement du Conseil départemental qui assumait jusqu’alors les frais d’hébergement et de fonctionnement de plusieurs CIO du 93. Or, ces fermetures génèrent de nombreuses difficultés : pour les jeunes usagers qui, découragés par l’éloignement, seraient incités à renoncer à aller dans un autre centre, et pour les conseillers d’orientation psychologues qui voient leurs conditions de travail se dégrader.

Les CIO correspondent à un service public et gratuit de l’Éducation Nationale. Il ne peut remplir efficacement ses missions, tout à fait importantes (accueil, information, conseil, aide à l’orientation scolaire et professionnelle, lutte contre le décrochage scolaire) auprès des jeunes connaissant parfois de grandes difficultés, que s’il demeure un service de proximité !

Suite à une proposition du Conseil départemental de mettre leurs locaux à la disposition des CIO d’Aubervilliers et de Clichy-sous-Bois à titre gracieux, le rectorat s’est engagé à en assumer les frais de fonctionnement et les charges liées à leur utilisation, et a donc acté leur maintien.

Je suis intervenue une nouvelle fois en mars dernier auprès du rectorat afin qu’une solution comparable puisse être trouvée pour le CIO du Blanc-Mesnil qui était toujours menacé de fermeture. C’est sur la base d’une convention avec la Mairie du Blanc-Mesnil que le rectorat a finalement décidé de maintenir un point d’accueil dans cette ville, point d’accueil qui sera désormais rattaché au CIO de Drancy.

Aline Archimbaud

 

Des nouvelles du Fort de Vaujours

J’ai participé vendredi 25 novembre à la réunion de la Commission de Suivi de Site (CSS) du Fort de Vaujours, qui se déroulait à la sous-Préfecture de Torcy, sous les présidences des deux Sous-Préfets du Raincy et de Torcy.

En présence d’élus, de représentants de nombreuses associations de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, du représentant de l’Autorité de Sureté Nucléaire (autorité indépendante qui poursuit régulièrement ses contrôles et donne ses avis sur le contrôle radiologique), de l’Autorité Régionale de Santé, et d’une délégation de la Directions de l’Entreprise Placoplatre / Saint Gobain.

A cette occasion, j’ai informé les participants qu’avec mes deux collègues sénateurs, Gilbert Roger et Michel Billout, nous avons été reçus début novembre à notre demande au cabinet de la Ministre de l’Environnement Ségolène Royal.

Nous avons demandé (et obtenu l’engagement) qu’une autorité indépendante puisse être désignée par le Préfet pour faire l’expertise des pollutions autres que radioactives présentes sur le site (présence d’explosifs, de métaux lourds et de produits chimiques). L’embauche d’un prestataire certifié (selon les normes gouvernementales) est à l’étude.

L’entreprise Placoplatre a fait le point sur les travaux engagés, et l’ASN le point sur les interventions de contre-expertise. Un représentant de la CRIIRAD était également présent à la demande d’associations.

Les associations ont insisté sur la nécessité de poursuivre la vigilance quant au suivi des eaux. Une extension des travaux du tiers expert (l’ASN) aux canalisations a été adoptée.

Affaire à suivre…

Aline Archimbaud

Campement rom de Bobigny : il est nécessaire de mettre en place des mesures d’urgence

Le 20 juillet 2015, Pantin

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis

Campement rom de Bobigny : il est nécessaire de mettre en place des mesures d’urgence

Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, tient à exprimer sa vive préoccupation devant la reprise des évacuations de campements roms en Seine-Saint-Denis.

Une menace d’évacuation plane en effet sur les occupants du terrain situé à la Folie à Bobigny ; celle-ci pourrait intervenir dès mardi 21 juillet au matin, et priverait de nombreuses familles d’un abri.

Parmi elles, 18 familles seraient originaires du campement du Pont de Bondy évacué en 2012, d’autres du campement des Coquetiers, évacué l’année dernière.  Ainsi, les occupants de ce terrain viendraient s’ajouter aux quelques 2500 autres personnes évacuées des campements au premier semestre 2015 en Île-de-France, sans qu’aucune solution globale ne soit apportée. Ces familles seraient dès demain livrées à elles-mêmes, sans abri, ce qui n’aurait pour autre effet que d’accentuer la précarité dans laquelle elles se trouvent, notamment les jeunes enfants, les personnes âgées, et les malades.

Par ailleurs, ces évacuations nuisent au processus d’intégration dans lequel beaucoup de familles s’engagent, soutenues en cela par des associations et des personnes solidaires, via notamment la scolarisation des enfants. Des enfants vivant sur le campement de la Folie fréquentent ainsi les écoles Marie Curie, Pasteur, et Victor Hugo, de la Ville de Bobigny.

Aline Archimbaud en appelle donc une nouvelle fois aux pouvoirs publics afin qu’ils garantissent l’application des dispositifs énoncés par la circulaire gouvernementale du 26 août 2012 relative « à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation » de ces campements, permettant de trouver des solutions d’accueil et d’hébergement dignes, en cohérence avec les principes de notre République.

Dans l’immédiat, et dans l’urgence, elle demande aux pouvoirs publics que soient appliquées les dispositions existantes en matière d’hébergement d’urgence pour « toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale », lui permettant « dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène » (article L345-2-2 du code de l’action sociale et des familles).

Pour tout contact 
Adriane DUBOIS
Collaboratrice d'Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis
a.dubois@clb.senat.fr
07 78 81 36 51
01 48 95 49 90

Nouvelle réunion de la commission de suivi de site du Fort de Vaujours – Les préfets souhaitent mettre en place la plus grande transparence

 Le 9 juillet, j’ai participé à une nouvelle réunion de cette commission, sous la présidence des deux Sous préfets de Torcy (Seine-et-Marne) et du Raincy (Seine-Saint-Denis).

Les représentants de l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN, autorité indépendante en charge de la radioprotection en France) y ont présenté les conclusions de l’inspection inopinée « sur le thème de la radioprotection des travailleurs et de l’environnement » effectuée le 11 juin dernier, à la demande des Préfets, sur le chantier de démolition des bâtiments du site du Fort de Vaujours.

Un certain nombre de constats sont satisfaisants, mais d’autres constats montrent que le protocole sur lequel l’entreprise Placoplatre s’est engagée n’est pas entièrement respecté.

Les responsables de Placoplatre ont 3 mois pour tout régulariser. Par ailleurs,les Préfets ont indiqué que le rythme des réunions serait plus serré (tous les trois mois). La prochaine réunion, prévue en octobre, doit examiner (et éventuellement amender) le projet de cahier des charges du Tiers Expert qui sera chargé de contrôler la sécurité pendant les travaux, et qui rendra régulièrement des comptes directement à l’Autorité de Sureté Nucléaire.

Avec mes collègues sénateurs Gilbert Roger et Michel Billout, j’ai à nouveau insisté sur la nécessité, par ailleurs, que puisse être mise en place une expertise complémentaire indépendante, capable de décrypter pour les citoyens, les associations et les élus locaux, les résultats des contrôles chiffrés, et les constats techniques, et d’en dégager les enjeux.

A suivre donc..

Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis

Université Paris 8 – Saint-Denis – Journée d’étude « Résultats et enseignements transversaux des questionnaires auprès des femmes consultant dans des centres de PMI »

Journée d’étude : « Résultats et enseignements transversaux des questionnaires auprès des femmes consultant dans des centres de PMI » (en Seine-Saint-Denis et dans la Somme)

Initiative très intéressante, menée par une équipe d’étudiants et d’enseignants de l’université, en partenariat avec l’INPES (Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé).

Je suis intervenue ce matin 4 juin à l’ouverture de cette journée.Au programme:exposés des étudiants puis débats à partir des résultats de l’enquête, avec un public riche de sa diversité: étudiants, enseignants, chercheurs, équipes de professionnels de PMI de Seine-Saint-Denis et d’Amiens, médecins, élus locaux (dont l’association « Elus Santé et territoires »)

Objectif de l’étude: mieux apprécier l’action de la PMI comme levier pour la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Journée très utile à quelques semaines de la poursuite au sénat des débats sur le projet de loi de santé.

Il apparait nécessaire (et je déposerai des amendements en ce sens) de soutenir et valoriser l’action des PMI, trop sous-estimée, méconnue.

Depuis plusieurs années, l’Université de Paris 8 Saint Denis se mobilise pour renforcer un pôle d’excellence « Sciences humaines et sociales ».

Ce matin, sa Présidente a confirmé la volonté de son équipe de s’inscrire activement dans un réseau « Pour l’Accès aux droits », qui doit bien sûr, pour être entendu, articuler actions/réflexions/formations/recherche. Je m’en réjouis.

Fort de Vaujours : Réponse aux dirigeants de l’entreprise Placoplatre

Au fort de Vaujours, Placoplâtre veut « éliminer toute trace de pollution »

G.P. | 26 Mai 2015, 19h04 | MAJ : 26 Mai 2015, 19h04

Les sénateurs Archimbaud (EELV), Billout et Roger (PCF) réclament la suspension des travaux de démolition

Dans un courrier adressé mardi à Jean-Luc Marchand, directeur industriel de Placoplâtre, les sénateurs de Seine-Saint-Denis Aline Archimbaud (EELV), Gilbert Roger (PS) et de Seine-et-Marne Michel Billout (PCF) disent «regretter» que l’étude de l’ASN et le protocole de Placoplâtre « n’aient pas été communiqués à la commission de suivi de site» du 5 mai, ce qui n’a pas permis de «donner lieu à un véritable échange». Par ailleurs, faute d’information sur le mandat donné par l’ASN aux deux organismes mandatés pour des contrôles radiologiques, ils estiment que «les conditions ne sont pas réunies pour que les travaux de démolition des bâtiments soient conduits sans risque» et demandent donc leur suspension pure et simple.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site du Parisien 77.

Consulter le courrier adressé ce mardi 26 mai par Gilbert Roger, Sénateur de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, et Michel Billout, Sénateur de Seine-et-Marne, aux dirigeants de l’entreprise Placoplatre, en réponse à un courrier qui leur avait adressé récemment: Courrier à Placoplatre

Mois de l’économie sociale et solidaire en Seine-Saint-Denis : un territoire mobilisé ! Plus d’une soixantaine d’événements !

photo 1
J’ai assisté ce matin 3 novembre à Bobigny au lancement du mois de l’économie solidaire, organisé par le Conseil Général, sous l’impulsion du Vice-Président écologiste Jean François Baillon et de son équipe, avec de très nombreux partenaires.

Ce matin, remise des prix aux 35 équipes lauréates de l’appel à projets 2014, à l’initiative de projets variés (circuits courts, alimentation, récupération-transformation d’objets, régies de quartiers, éco-construction, initiatives de traiteur solidaire, chantier d’insertion couture, activité sportive, logement, groupement d’employeurs, équipement pour une nouvelle activité, crèches associatives et coopératives…) menés dans de nombreuses villes du département.

En pleine crise économique et sociale, le réseau se renforce, et c’est une bonne nouvelle.

En pleine crise démocratique, développer l’action et la vigilance des citoyens aussi sur le plan économique est précieux.

De très nombreux événements sont prévus pendant le mois dans les villes du département : visites et ballades grand public à la découverte des structures et de leurs activités, débats et colloques, soutien à l’entrepreunariat et à la création d’activités…

A noter :

Le 14 novembre au campus des métiers à Bobigny, une journée de réflexion sur les politiques d’achat responsable.

Le 24 novembre, à Sevran, Guy Hascoet présentera les pistes de travail issues de sa mission, et notamment ses préconisations pour construite en Seine-Saint-Denis trois filières : éco-construction, alimentation et petite enfance.

Programme complet et actualisé sur le site du Conseil général

Aline Archimbaud

 

Question d’Aline Archimbaud au Préfet de Seine-Saint-Denis sur les conditions d’accueil et d’hébergement des populations roms

A l’occasion de la séance plénière du Conseil général de Seine-Saint-Denis du 16 octobre dernier, Aline Archimbaud a posé une question à M. le Préfet, Philippe Galli, relative aux conditions d’accueil et d’hébergement des populations rom sur le territoire.


Aline Archimbaud. Monsieur le Préfet, merci d’être là, de nous donner l’occasion d’entendre le rapport d’activité des services de l’État, et de pouvoir échanger directement avec vous.

La circulaire interministérielle de fin août 2012 fixe les conditions dans lesquelles les familles rom précaires doivent être accueillies en France. En Seine-Saint-Denis, nous sommes inquiets, à la fois sur la possibilité de scolariser les enfants, sur la santé et sur l’hébergement de ces personnes. Pourquoi l’État ne pourrait-il pas encourager la création de petites structures d’accueil et d’insertion de petites dimensions du type MOUS ou autres et qui pourraient être accompagnées par des réseaux associatifs. Un certain nombre sont volontaires.

Sur la même question, où en est-on de la coordination demandée au Premier Ministre par plusieurs parlementaires, afin de répartir les efforts d’accueil sur l’ensemble des départements d’Ile-de-France ?

Je vous remercie.


A venir la réponse de M. le Préfet de Seine-Saint-Denis, Philippe Galli.

 

Communique de presse : Evacuation du campement des Coquetiers à Bobigny

Aline Archimbaud prend acte du fait que les pouvoirs publics ont proposé des solutions de relogement à 137 personnes, dans différentes régions de France. Elle espère que ce relogement s’effectuera dans de bonnes conditions, avec l’accompagnement nécessaire, et permettra la scolarisation des enfants.

Cependant, certaines personnes restent sans solutions : une vingtaine d’enfants de moins de 6 ans, des femmes, des personnes âgées.

Elle proteste contre la façon dont une soixantaine de ces personnes s’est retrouvée sous une pluie battante, errant dans les rues, expulsées par les CRS de l’hôpital Saint-Louis.

Elle en appelle donc une nouvelle fois aux pouvoirs publics afin qu’ils garantissent l’application des dispositifs énoncés par la circulaire gouvernementale du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation de ces campements, jugeant que l’accueil qui est actuellement réservé à ces populations est indigne de notre République.

Des solutions innovantes existent, qui permettraient de lutter contre la multiplication des bidonvilles en créant des petites unités, et qui reposeraient sur l’association des populations à leur propre démarche d’insertion, via par exemple l’auto-construction de leurs habitations. Leur accompagnement pourrait être pris en charge par des réseaux de solidarité ; certains œuvrent depuis de nombreuses années avec une grande constance, parfois à l’initiative d’élus locaux, pour l’insertion et l’accès aux droits de ces populations trop souvent stigmatisées.

Leurs actions méritent un appui accru de la part des pouvoirs publics.

Pour tout contact :
Adriane DUBOIS
Collaboratrice d'Aline Archimbaud
a.dubois@clb.senat.fr
07-78-81-36-51
01 48 95 49 90

Communiqué de presse – Des solutions innovantes existent pour l’insertion des Roms

Le 14 mai 2014, Paris

Communiqué de presse

Aline Archimbaud

Sénatrice écologiste de Seine-Saint-Denis

Aline Archimbaud exprime à nouveau sa vive préoccupation devant la poursuite d’une longue série d’évacuations de campements roms en Seine-Saint-Denis.

Elle en appelle donc une nouvelle fois aux pouvoirs publics afin qu’ils garantissent l’application des dispositifs énoncés par la circulaire gouvernementale du 26 août 2012 relative « à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation » de ces campements, jugeant que l’accueil qui est actuellement réservé à ces populations est indigne de notre République.

Ces expulsions ne règlent aucun problème, elles les déplacent seulement de quelques kilomètres.

Pourtant des solutions innovantes existent, qui permettraient de lutter contre la multiplication des bidonvilles en créant des petites unités, et qui reposeraient sur l’association des populations à leur propre démarche d’insertion, via par exemple l’auto-construction de leurs habitations. Leur accompagnement pourrait être pris en charge par des réseaux de solidarité ; certains œuvrent depuis de nombreuses années avec une grande constance, parfois à l’initiative d’élus locaux, pour l’insertion et l’accès aux droits de ces populations trop souvent stigmatisées.

Leurs actions méritent un appui accru de la part des pouvoirs publics.