Au Sénat, édito

Assez pleuré, il faut agir !

Assez pleuré, il faut agir !

La société française ne va pas bien.

Il y a à cela des causes profondes et anciennes : une mondialisation mal accompagnée, une progression disproportionnée des rentes au détriment du travail, le recul des services publics, une crise écologique qui frappe d’abord les plus pauvres au quotidien. Autant de facteurs qui élargissent les inégalités, fragilisent des territoires entiers, favorisent la démagogie, le populisme et la division.

Il y a des causes spécifiquement françaises : la rapacité d’une certaine forme de capital, les retards pour  prendre le virage des nouveaux créneaux porteurs, le poids des lobbies, les lentes évolutions  de l’espace français qui accentuent les ségrégations, les institutions de la 5eme République qui bloquent la démocratie…

En somme la politique paraît impuissante, elle ne parle plus à nos concitoyens qui n’en attendent plus grand-chose.

A droite, certains ont cru intelligent de courir derrière l’extrême droite : ils en payent aujourd’hui le prix.

A gauche, je vois trois problèmes au moins :

Le rabâchage de solutions périmées, le mythe du retour à la  croissance, l’idée que le modèle ancien finira par repartir, la recherche de solutions uniquement françaises, là où seule l’Europe pourrait fournir des solutions.

Une vision technocratique de la politique : pas de consultation des citoyens sur les reformes, des décisions qui traînent puis vont au pas de charge ou l’inverse. En fait on ne peut pas mobiliser un pays sur des simples objectifs comptables. Seul du sens et un projet d’avenir peuvent rassembler.

Enfin l’esprit mortifère de division : s’il se nourrit des changements de pied par rapport à ce qui avait été promis, il est aggravé encore par l’absence de dialogue régulier entre toutes les composantes de la gauche, à la base comme au sommet. Au total l’arrogance appelle l’esprit de revanche et l’esprit de revanche nourrit la spirale de la défaite.

Comme sénatrice militante, je m’efforcerai de contribuer dans les mois à venir à donner une autre image de la politique.J’agirai sans relâche sur les problèmes du quotidien, que sont la santé, l’alimentation, la pollution, la qualité de la vie.

J’essaierai de donner la parole aux initiatives de citoyens qui sont nombreuses, je vous donne rendez-vous au forum pour l’accès aux droits les 10 et 11 Octobre à saint Denis

Je continuerai à faire entendre sans concession les propositions des écologistes. Je ne céderai jamais dans mes votes à la politique du pire ou de la terre brûlée.

J’essaierai sur des propositions précises de réunir à chaque fois des majorités des gauches et des écologistes et même de rassembler au-delà les démocrates et les républicains que préoccupent l’intérêt général et l’avenir de la planète.

Aline Archimbaud

Dans les médias, Interviews

Forum pour l’Accès aux Droits – Actualités sociales hebdomadaires

QUESTIONS À… | 30/09/2014

Aline Archimbaud : « notre société est immobile » face aux difficultés d’accès aux droits

La sénatrice Aline Archimbaud (EELV, Seine-Saint-Denis) remettait, il y a un an, un rapport au Premier ministre dans lequel elle appelait à un « choc de solidarité », en proposant 40 mesures « à portée de main » pour lutter contre les difficultés d’accès aux soins des plus démunis. Mais très peu ont été traduites en actes, constate aujourd’hui l’élue écologiste, alors que ces populations cumulent les inégalités d’accès à différents droits. Elle organise, les 10 et 11 octobre à Saint-Denis, un forum pour l’accès aux droits en Seine-Saint-Denis qui a pour ambition de « lancer une dynamique nationale de mobilisation » sur le sujet.

Retrouvez l’article mis en ligne sur le site de l’ASH (accès réservé aux abonnés).

En Seine-Saint-Denis, Santé, Sur le terrain

Programme et inscription Forum pour l’accès aux droits 10 et 11 octobre

Les 10 et 11 octobre prochains, un Forum de l’Accès aux Droits aura lieu à l’Université de Paris 8 à l’initiative d’Aline Archimbaud.

PROGRAMME FORUM POUR L’ACCES AUX DROITS

Ici, vous trouverez le lien vers le formulaire d’insciption :

https://docs.google.com/forms/d/1vPY1TwFMgtMA0JzInFZOGhEEB1Xa-VksxQj_qlvjGYg/viewform?usp=send_form

Une adresse de contact est également disponible en cas de problème :

forum.accesauxdroits@gmail.com

 

Appel à participer au forum pour l’accès aux droits en Seine Saint Denis

10 et 11 octobre 2014

A l’Université de Paris 8 – Saint Denis

La mission parlementaire de l’an dernier sur « l’accès aux soins des plus démunis » l’a confirmé: des millions de nos concitoyens en grande précarité, des  salariés pauvres, intérimaires, en contrats courts, en temps partiels subis, des jeunes ou retraités modestes sont dramatiquement exclus de l’accès aux soins.

Ces très grandes inégalités dans l’accès à la santé  se cumulent avec d’autres : non accès aux droits au  logement, à l’emploi, aux transports, à la formation, à la culture, aux aides sociales, à la protection judiciaire, au sport, à l’énergie, la nature …

Les mêmes mécanismes jouent en spirale et les mêmes catégories en subissent les conséquences.

Le résultat est là : des millions de personnes ne font même plus valoir les droits qui leur sont pourtant conférés par la loi.

Alors que les coûts de long terme du non recours sont massivement catastrophiques, certaines institutions, et y compris l’Etat, spéculent discrètement sur ce renoncement pour réaliser des économies de très court terme.

Dans son rapport remis au Premier Ministre en septembre 2013 la sénatrice Aline Archimbaud en appelait comme bien d’autres avant elle  à « un choc de solidarité ».

Elle proposait 40 mesures, à portée de main:

·          Une vague de simplifications s’attaquant enfin à des lourdeurs bureaucratiques kafkaïennes,

·          La suppression des obstacles financiers les plus lourds,

·          La mise en place de dispositifs de prévention accessibles,

·          L’encouragement à l’essaimage de nombreuses pratiques innovantes mais peu reconnues.

Quelques-uns de ces éléments ont été pris en compte par les pouvoirs publics, mais il reste beaucoup à faire.

Il est donc temps de faire entendre plus largement ces interpellations et surtout de les élargir à tous les thèmes et populations concernés par le non recours aux droits.

Voilà pourquoi afin de lancer une dynamique nationale de mobilisation nous proposons la tenue d’un premier forum pour l’accès aux droits en Seine Saint Denis. Ce département est en effet à la fois un révélateur, un exemple et un levier à l’échelle du pays.

Il s’agit, en  deux vagues d’ateliers, par domaines puis par catégories de personnes concernées, de  faire émerger des propositions très opérationnelles, de court ou moyen terme.

Il s’agit ensuite de porter dans une plénière ces propositions à la connaissance et à la réaction des décideurs locaux (administrations, services publics, institutions, collectivité) qui accepteraient de se soumettre honnêtement à cet exercice démocratique en face à face.

Il s’agit enfin  de  décider des formes souples de coordination permanente et d’action entre tous les acteurs qui voudront s’investir dans la suite de la mobilisation et notamment dans d’autres forums du même type.

Nous appelons les associations, syndicats, les professionnels, universitaires, les experts citoyens et tous ceux qui se sentent concernés à se  joindre à nous pour préparer ce forum, à contribuer sur le site que nous mettrons en place, et à lui donner le maximum d’écho.

Signataires :

Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis

 Khalid Alaoui, Membre du Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées

Michel Bourgain, Maire de l’Ile-Saint-Denis

Patrick Braouzec, Président de la communauté d’agglomération de Plaine Commune

Alain Callès,   Président Vie Libre Ile de France

Professeur Enrique Casalino, Chef du Pole SUPRA (Urgences, SMUR, Département Anesthésie Réanimation, Unité de Soins Continus) Groupe Hospitalier Universitaire Paris Nord-Val de Seine

Catherine Choquet, Présidente de la Fédération Ligue des Droits de l’Homme 93

Antoine Dulin, Membre du CESE, rapporteur de l’avis « droits formels, droits réels: améliorer le recours aux droits sociaux des jeunes »

Docteur Bernard Elghozi, «Créteil solidarité »

Jean-Baptiste Eyraud, Porte-parole de Droit Au Logement

Stéphane Gatignon, Maire de Sevran, conseiller régional

Pascal Gambiez, Président du Secours Catholique Délégation de Seine Saint Denis

Hors la Rue, association de soutien aux mineurs étrangers en difficulté

Antoine Lazarus, Président de l’Observatoire International des Prisons

Laure Lechatellier, Vice-présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France

Michel Legros, EHESP-ONPES

Denis   Mechali, Médecin référent, consultant de la PASS/Permanences d’accès aux soins de santé – Centre hospitalier de Saint Denis

Didier  Ménard, Président de l’Association Communautaire Santé Bien-être cité Franc-moisin

Halima Menoudj, Présidente d’intergener’Action Montreuil

Jean-Claude Oliva, Directeur de la Coordination Eau Ile-de-France

Jean Claude Richez, Ancien coordonnateur de la mission observation / évaluation de l’INJEP, sociologue

Michèle Rigault, Correspondante du Défenseur des Droits en Seine Saint Denis

Alain Rochon, Président de l’Association des Paralysés de France

Mathilde Robert, Présidente de l’association le Génépi

Marc Schoene, Président de l’Institut Renaudot

Danielle Tartakowsky, Présidente de l’Université Paris 8 – Vincennes – Saint Denis

Stéphane Troussel, Président du Conseil Général de Seine-Saint-Denis

Philippe Warin, Cofondateur de l’Odenore et directeur de recherche au CNRS

Au Sénat, Propositions

Communiqué du Groupe écologiste du Sénat Proposition de loi Diesel – Aline Archimbaud

Le Groupe écologiste du Sénat annonce le dépôt d’une proposition de loi remaniée sur le diesel, portée par Aline Archimbaud, Sénatrice de Seine-Saint-Denis, et qui sera examinée dans le cadre de la prochaine niche parlementaire.


Paris, le 16 septembre 2014

Nouveau pic de pollution : l’urgence sanitaire

Les écologistes du Sénat redéposent une proposition de loi

Le Groupe écologiste du Sénat a déposé aujourd’hui une nouvelle proposition de loi afin de protéger la santé de chacun contre la pollution de l’air, qui sera débattue dans la prochaine niche parlementaire du Groupe écologiste.

Airparif, l’association francilienne de surveillance de la qualité de l’air, a annoncé un nouveau pic de pollution aux particules fines ce mardi à Paris et dans sa région. Pour remédier à cette urgence sanitaire, les Sénateurs écologistes avaient déposé en mai dernier une proposition de loi relative à la nocivité du diesel pour la santé, qui avait été examinée en commission au mois de juin.

Afin de tout mettre en oeuvre pour que des mesures soient mises en place au plus vite, Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis et cheffe de file sur ce dossier, a remanié son texte, prenant en compte les remarques qui lui avaient été adressées par les acteurs industriels et sanitaires, ainsi que par ses collègues de la commission des finances et des affaires sociales.

Le texte, dans sa nouvelle mouture, prévoit trois mesures.

  • L’intégration dans le bonus-malus existant d’une composante reposant sur les émissions d’oxydes d’azote et de particules fines : aujourd’hui, le malus automobile ne repose que sur les émissions de dioxyde de carbone, dont les conséquences portent sur le climat et non pas directement sur la santé ;
  • L’engagement d’un travail sur le déficit de connaissances et d’expertise indépendantes en matière de pollution automobile, par exemple sur l’évaluation de l’efficacité des filtres : les cycles de conduite qui servent aujourd’hui de référence aux tests d’émissions polluantes ne sont en effet pas représentatifs des conditions réelles de circulation, les particules fines reformées quelques mètres derrière le véhicule ne sont pas prises en compte par les tests et la discrimination entre les différentes tailles de particules fines est sujette à caution ;
  • L’obligation de réaliser un diagnostic d’éco-entretien lors de la cession des véhicules d’occasion de plus de quatre ans : d’un coût raisonnable, ce diagnostic permet à l’acquéreur de connaître, en toute transparence, la qualité écologique réelle du bien qu’il achète – à l’instar de ce qui se pratique pour les biens immobiliers, qui font l’objet de divers diagnostics à la revente. Ce diagnostic permet également de mettre en évidence l’intérêt pour le détenteur du véhicule de procéder à l’entretien d’un certain nombres de pièces, dont l’usure ou l’encrassement altèrent considérablement la performance et accroissent les émissions polluantes. Reconnus responsables de cancers du poumon par l’OMS, les gaz d’échappement des moteurs Diesel sont également à l’origine d’autres pathologies pulmonaires, comme l’asthme et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), angines de poitrine, infarctus ou encore des accidents vasculaires cérébraux. Le diesel, ce sont donc des conséquences directes sur notre santé, surtout lorsque le seuil de particules fines dans l’air dépasse les 50mg/m3 plus de 35 jours par an (valeur limite fixée par l’Europe). Or, trois millions de Franciliens habitent dans des zones où il n’est pas rare de dépasser cette valeur limite plus de 200 jours dans l’année. En tout, quinze zones en France, dont 12 agglomérations de plus de 100.000 habitants, seraient ainsi concernées par ces dépassements réguliers de seuils, ce qui vaut à la France d’être actuellement poursuivie par la Commission européenne devant la Cour de justice de l’Union européenne : elle pourrait être condamnée à de lourdes amendes, soit plus de 100 millions d’euros.
Dans les médias, Interviews, Rapports

Interview Public Sénat – Accès aux soins

Aline Archimbaud était invitée hier lundi 19 mai à un débat organisé sur la chaîne Public Sénat, édition 24h-Sénat, face au député européen UMP Philippe Juvin. Elle a réaffirmé la nécessité de mettre en œuvre rapidement des mesures de simplification des démarches permettant l’accès aux soins des personnes les plus démunies, mesures qu’elle a formulées dans le cadre d’un rapport issue d’une mission parlementaire qui lui a été confié par le Premier Ministre Jean-marc Ayrault.

Pour accéder à la vidéo de l’émission.

Communiqués, Propositions

Laurence Abeille et Aline Archimbaud : retour sur la niche parlementaire EELV du 17 juin

Communiqué commun de Laurence Abeille, députée du Val-de-Marne, et d’Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis

Nous regrettons que du fait du recours par des Sénateurs de l’UMP à des procédés dilatoires, l’examen de la proposition de loi « ondes » du Groupe Écologiste du Sénat – adoptée à l’Assemblée nationale le 23 janvier dernier – n’ait pu être mené à son terme ce mardi 17 juin, au cours de l’espace réservé du groupe écologiste du Sénat. De ce fait, l’examen de proposition de loi sur la nocivité du diesel pour la santé, initialement prévue juste après, n’a même pas pu commencer. C’est une grosse déception, surtout sur deux sujets aussi importants pour la santé des français.

Notre mobilisation se poursuit cependant.

Concernant la PPL Ondes :

Concernant la PPL Nocivité du Diesel pour la santé:

  •  Suite à une concertation avec les acteurs et associations mobilisés à nos côtés pour faire avancer notre combat, nous avons introduit un amendement qui modifie totalement notre dispositif initial. Il s’agit d’intégrer dans l’actuel système de bonus malus qui s’applique d’ores et déjà au CO2 – pour lutter contre le réchauffement climatique – un deuxième critère concernant la pollution de l’air (particules fines et oxyde de carbone, le fameux NOX). Le bonus malus est en effet un dispositif à la fois incitatif et dissuasif: les sommes versées pour le malus permettront de verser des bonus, primes incitatives aux consommateurs choisissant d’acheter des véhicules neufs mois polluants.
  •  Vous trouverez en pièce jointe l’intervention qu’Aline avait prévu de prononcer, et qui vous détaille la démarche qui a été la sienne
  • Ce dispositif sera redéposé dès le mois de juillet sous forme d’amendement à l’occasion du collectif budgétaire, ce qui nous permettra de poursuivre – en lien avec les associations également mobilisées sur la question – notre travail de conviction auprès de nos collègues mais aussi des consommateurs, en attendant la prochaine niche du groupe écologiste.

Aline Archimbaud et Laurence Abeille

Au Sénat, Interventions au Sénat

Conférence de presse – Mines d’uranium au Niger

Ce matin 12 juin, j’ai accueilli au Sénat pour une conférence de presse Monsieur Abdourahamane MAOULI, Maire d’Arlit (Niger), et Monsieur Alhacen, Président de l’ONG AGHIRIN’MAN (Niger), accompagnés de Bruno Chareyron (directeur de la CRIIRAD).

Ils nous alertent sur la situation stupéfiante dans laquelle se trouve la population de la ville d’Arlit (120 000habitants), située à 5 km seulement des mines d’uranium exploitées par deux filiales du groupe français Areva : contamination et appauvrissement des ressources en eau, contamination de l’air ambiant par des poussières et gaz radioactifs (50 millions de tonnes de résidus radioactifs sont stockés à l’air libre à proximité), mise en vente de ferrailles contaminées, etc…

Conférence de Presse au Niger

De nombreuses maladies « incompréhensibles » dans la population et parmi les 3000 salariés des mines.

Il faut que nous obtenions qu’Areva reconnaisse les dégâts commis, et finance la mise en place d’un plan de dépollution et de développement local.

La mobilisation continue…

Aline Archimbaud